SFPS Monthly Mailing: June 2015

Calls for Papers / Contributions

1.1 The Performance of Pan-Africanism

1.2 Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception

1.3 Humour et Pouvoir. Dominations et résistances

1.4 Contending Religions, Identities and Space

1.5 Mongo Beti

1.6 Le roman algérien de langue française : un siècle d’écriture et de création

1.7 L’Afrique au miroir du reportage

1.8 Écritures de la (non)violence

1.9 Pour une géocritique du texte et du film francophones

1.10 Rum and the Caribbean

New Titles

2.1 At the Limits of Memory: Legacies of Slavery in the Francophone World

2.2 La guerre d’Algérie. Ethnologues de l’ombre et de la lumière

2.3 Langue, espace et (re)composition identitaire dans les œuvres de Mehdi Charef, Tony Gatlif et Farid. Boudjellal

2.4 Le Rouge aux joues. Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb

2.5 Afrique en présences. Du monde atlantique à la globalisation néolibérale

2.6 L’errance dans les romans de Tahar Ben Jelloun

2.7 Essais et documentaires des Africaines francophones

2.8 Tropics of Haiti Race and the Literary History of the Haitian Revolution in the Atlantic World, 1789-1865

2.9 The African Photographic Archive: Research and Curatorial Strategies

2.10 L’Afrique et ses fantômes

Announcements

3.1 Postdoctorat à l’Université d’Angers : projet « EcoLitt »

3.2 Colonial archives of Brazzaville

3.3 Every Cook Can Govern: Documenting the life, impact & works of CLR James

Calls for Papers / Contributions

1.1 The Performance of Pan-Africanism

The Performance of Pan-Africanism: from Colonial Exhibitions to Black and African Cultural Festivals

International Conference

20-22 October, 2016

Winthrop-King Institute for Contemporary French and Francophone Studies, Florida State University

Keynote speakers: Andrew Apter (UCLA), Cheryl Finley (Cornell University), Souleymane Bachir Diagne (Columbia University)

Co-organizers: Tsitsi Jaji (University of Pennsylvania), Martin Munro (FSU), David Murphy (University of Stirling)

In April 1966, thousands of artists, musicians, performers and writers from across Africa and its diaspora gathered in the Senegalese capital, Dakar, to take part in the First World Festival of Black and African Culture (Premier Festival Mondial des arts nègres). The festival constituted a highly symbolic moment both in the era of decolonization and the push for civil rights for African Americans in the United States. In essence, the festival sought to perform an emerging pan-African culture, to give concrete cultural expression to the ties that would bind the African ‘homeland’ to black people in the diaspora. On the occasion of the 50th anniversary of Dakar ’66, this conference seeks to examine the festival and its multiple legacies, in order to help us better to understand both the utopianism of the 1960s and the ‘festivalization’ of Africa that has occurred in recent decades. The conference is also interested in exploring the role of colonial exhibitions and world’s fairs in establishing a set of representational frameworks that would later be contested but also sometimes (unwittingly) adopted by black/African groups in the aftermath of the Second World War.

The Dakar festival was the first, and one of the most significant, attempts to perform and translate African culture in the era of decolonization, forging in the space of the festivalscape a rich, multifaceted, ephemeral, unstable but highly charged sense of a shared Pan-African culture. The conference is interested in exploring whethercultural Pan-Africanism as posited in postcolonial festivals acted as a complete rejection of the representations of blackness in colonial exhibitions or whether it sometimes in fact continued such tropes, and if so, how?

The festival was organized in the middle of a period extending from the late 1950s to the mid-1970s during which a wide range of cultural, sporting and political organizations were created, and major events were held, all of which were informed by Pan-Africanist ideals. In terms of festivals alone, the 1966 Dakar event was followed by hugely ambitious Pan-African cultural festivals in Algiers (Algeria) in 1969 and in Lagos (Nigeria) in 1977. From an early twenty-first century perspective, the Pan-African ethos of the period appears strikingly utopian. Nonetheless, the Pan-African ideal has endured, in particular in the domain of culture. Indeed, it might be argued that it was the series of cultural festivals organized in the aftermath of decolonization that marked the most meaningful articulations of Pan-Africanism. As was argued above, these festivals witnessed the ‘performance’ of a Pan-African culture, and they facilitated concrete encounters between Africans and members of the diaspora that forged a new and profound sense of cultural affiliation. For instance, in his autobiography, Music is my Mistress (1973), the great US jazz musician Duke Ellington wrote of his performance in Dakar in 1966: ‘the cats in the bleachers really dig it. […] It is acceptance of the highest level and it gives us a once-in-a-lifetime feeling of having broken through to our brothers’.

If Pan-African cultural festivals of the 1960s and 1970s were marked by a profound utopianism, over the past five decades, we have witnessed a growing festivalization of culture across the world from which Africa has not been exempt. There are now literally thousands of festivals held across the continent each year and, in such a context, it is important to assess whether any of the idealism of the past has survived. In 2010, a Third World Festival of Black and African Arts and Culture (widely known as FESMAN) was held in Dakar. For Senegalese president Abdoulaye Wade, organizing FESMAN was a process of looking to the future but also of renewing with an idealistic, utopian Pan-Africanist past, which was primarily articulated through evocations of the 1966 Dakar festival, indicating that processes of recuperation, nostalgia and amnesia play a major role when we engage today with landmark but ephemeral cultural events from the past.
Potential topics for papers might include:
• The role of colonial exhibitions/world fairs in establishing parameters for the representation and performance of black/African culture.
• The role of earlier events—e.g. the 1956 (Paris) and 1959 (Rome) African Writers’ Congresses, the Makerere Writers’ conference in 1962, the First International Congress of African Art and Culture (ICAC) organized by Frank McEwen et al in Salisbury in 1962—in paving the way for the 1966 festival and those that followed.
• Case studies drawn from any of the 4 major pan-African festivals of the 1960s-70s: The First World Festival of Black and African Culture 1966; The Algiers Pan-African Cultural Festival 1969; The black music festival held in conjunction with the Rumble in the Jungle (Kinshasa, 1974); The Second World Festival of Black and African Culture (Lagos, 1977).
• The relationship between cultural festivals and the major Pan-African political gatherings of the twentieth century (e.g. the various Pan-African congresses, the creation of the Organisation for African Unity)
• Competing visions of Africa: e.g. the attacks on Negritude in Algiers; tensions between Nigerians and Senegalese before the Lagos festival regarding the inclusion of North Africa.
• (Pan-)African cultural festivals outside of Africa.
• How is the Caribbean history of cultural festivals like Carifesta related to and articulated with similar events in continental Africa?
• Does the Caribbean phenomenon of carnival function as an articulation of pan-Africanism?
• Recuperation, nostalgia, amnesia
• Does festivalization necessarily connote the commodification of culture?
• How do festivals articulate the relationship between “High” and “Popular” culture?
• Cultural pan-Africanism and Political Pan-Africanism
• The performance of identity
• Diasporic engagements with African culture in these festivals
• Print and other media representations of the festivals

Proposals for panels and papers may be submitted on the conference web page: http://winthropking.fsu.edu/Events/The-Performance-of-Pan-Africanism-from-Colonial-Exhibitions-to-Black-and-African-Cultural-Festivals

Deadline for proposals: 1 February 2016

For further information, please contact mmunro@fsu.edu, tsitsi.jaji@gmail.com, d.f.murphy@stir.ac.uk

1.2 Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception

Les littératures en langues africaines, orales comme écrites, souvent éditées localement, sont mal connues à l’échelle internationale, malgré une production qui est pourtant loin d’être négligeable et qu’on peut même qualifier d’abondante en certaines langues comme le swahili, le haoussa, le yorouba, par exemple. Témoigne de cette abondance, le livre déjà ancien d’Albert Gérard (African Language Literatures, Three Continents Press 1981) qui, à propos des seules littératures écrites, recense déjà à cette époque plus d’un millier d’ouvrages. En témoigne également la diversité des supports et des modes de circulation multimédia, qui donnent à ces littératures une accessibilité et un mode d’existence nouveaux. C’est pour remédier à ce déficit de visibilité et pour initier la recherche dans ce domaine qu’est né le projet de créer une Encyclopédie en ligne des Littératures en LanguesAfricaines, (ELLAF), aussi bien écrites qu’orales, actuellement dans sa phase expérimentale, avec un premier échantillon de 11 langues, avant son extension progressive à d’autres langues du continent. C’est pour clôturer une première étape de ce projet qu’a été conçu le colloque « Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception».

  1. Production

Dans le cadre de ce premier volet, trouveront leur place des communications qui s’intéressent aux différents aspects circonstanciels qui, à l’écrit comme à l’oral, motivent et accompagnent ce champ de production spécifique. Elles pourront porter sur :

– un ordre causal: les œuvres produites en langues africaines relèvent-elles d’initiatives individuelles ou obéissent-elles à une programmation préétablie (par exemple les calendriers rituels et/ou cérémoniels de l’oralité)? Certaines font-elles l’objet d’une commande de la part d’un organisme ou d’une institution : ONG, service culturel ou éducatif etc. ? Y a-t-il parfois des objectifs militants fixés a priori à laquelle cette production spécifique est censée répondre (par ex. développement des langues nationales) ?

– un ordre modal : par qui, ces oeuvres sont-elles produites ? Quels sont les statuts des différents énonciateurs de littérature orale (spécialistes, non spécialistes, professionnels ?), ceux des auteurs de littérature écrite ? Quelles modalités régissent cette production ? Sans médiatisation (cas de l’oralité première) ? Sur des supports médiatisés (livres, CD, radio, télévision…) ? Quel type de support correspond à quel type d’œuvre ? Quels genres sont privilégiés ?

Dans quelle mesure l’analyse des modalités textuelles de ces productions permet-elle d’induire une cible plus spécifiquement visée de la part des créateurs ? Quelles sont, en termes de communication littéraire, les incidences des conditions de production sur les textes, en contexte d’oralité d’une part, d’écriture littéraire d’autre part ? Quel est le rôle de l’édition numérique et de la circulation des textes sur internet ?

  1. Diffusion

Les communications relevant de ce second volet porteront sur les modalités d’édition des œuvres : qui sont les éditeurs (livres, disques, CD/DVD, en ligne) d’œuvres orales ou écrites créées dans une langue africaine en Afrique et hors d’Afrique ? Quel est le

rôle de la néo-oralité en matière de diffusion ? Dans quelle mesure est-il possible d’induire une différence de cible entre les éditions en langue africaine seule et les éditions en version bilingue (langue africaine/langue européenne) ? Quels sont les tirages de ces éditions respectives ? Quels sont, en fonction des supports, les circuits de diffusion : librairies, bibliothèques, librairies par terre, réseaux spécifiques (associations, institutions scolaires, universitaires, etc.), internet ? Dans quelle mesure les œuvres écrites dans une langue africaine donnée font-elles ensuite l’objet d’une traduction ? Vers une (ou plusieurs) langue(s) européenne(s) ? Vers une (ou plusieurs) langue(s) africaine(s) ?

  1. Réception

Les communications plus spécifiquement attachées à ce troisième volet se focaliseront sur la façon dont sont reçues et perçues ces œuvres en langues africaines par le public qui les consomme après publication (lecteur/auditeur/spectateur). Peut-on identifier ce public en termes quantitatifs et qualitatifs ? Quelles sont les instances critiques qui en parlent (journaux, revues, émissions radiophoniques ou télévisuelles, sites internet…) ? En quels termes ? Y a-t-il une différence de traitement entre les productions littéraires en langue africaine d’un écrivain déjà internationalement reconnu pour une œuvre parallèle dans une langue européenne (Ngugi wa Thiong’o, Boubacar Boris Diop…) et les autres ?

Outre leur manque de visibilité, les littératures en langues africaines souffrent aussi parfois d’un déficit d’estime par rapport aux littératures du continent écrites en langues européennes. La critique leur reproche souvent d’être soit trop didactiques (littérature édifiante ) soit trop idéologiques (littérature à thèse), deux qualités qui selon une conception occidentale très ethnocentrée de la littérature sont réputées ne pas faire bon ménage avec la création littéraire. Des analyses textuelles portant sur certaines œuvres en langues africaines pourront, au-delà des préjugés, s’interroger sur la littérarité de ces oeuvres et sur la légitimité de leur aspiration à intégrer le domaine littéraire universel.

Si telle ou telle communication peut mettre l’accent sur l’un ou l’autre des trois axes distingués, il va de soi que les études transversales sont possibles et même recommandées. Par conséquent, si une étude sur les maisons d’édition publiant de la littérature africaine est tout à fait envisageable, une autre, portant sur une œuvre particulière, pourra à la fois s’intéresser aux conditions de production et de diffusion de cette œuvre et faire l’analyse raisonnée de la façon dont elle a été reçue par la critique à partir d’un examen de ses propriétés textuelles. En effet, la mise au jour des paramètres sociologiques concernant les modalités de production et de diffusion de ce champ littéraire n’aura d’intérêt que dans la mesure où elle contribue à éclairer la nature textuelle spécifique des œuvres qui le composent.

Des problématiques comparables autour de la coexistence de la littérature orale et de l’écriture littéraire en langues locales dans d’autres aires culturelles pourront être abordées lors de ce colloque.

Comité scientifique : Ursula Baumgardt, Jean Derive, Graham Furniss, Xavier Garnier, Lee Haring, Abdoulaye Keïta

La date limite de réception des propositions de communication est le 30 septembre 2015

colloqueellaf@gmail.com

Des argumentaires en français ou en anglais de 2000 signes (espaces compris) maximum seront joints aux propositions, accompagnées d’une brève notice biographique.

1.3 Humour et Pouvoir. Dominations et résistances

Humour et pouvoir

Dominations et résistances

12-13 novembre 2015

Colloque de l’École Doctorale de Science Politique

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre Européen de Sociologie et de Science Politique

Tour à tour instrument de domination, arme critique ou support de représentations, l’humour peut être étudié comme partie intégrante des rapports de pouvoir. Comment révèle-t-il des rapports de pouvoir entre interactant·e·s? Entre groupes sociaux ? Quelle est la place de l’humour dans la construction de dispositifs de pouvoir ? Quel rôle joue le pouvoir dans le rire? Ce dernier permet-il le renforcement ou au contraire le détournement et la déstabilisation d’un ordre dominant ? Comment l’humour est-il utilisé pour représenter le pouvoir et la vie politique ? Qui a le droit à l’humour ? Ce colloque propose d’ouvrir une perspective sur les multiples articulations entre humour et pouvoir, à travers différentes échelles d’investigation et contextes historiques, sociaux, culturels et géographiques.

Effectivement, qu’ils soient provoqués, enregistrés ou partagés, les rires, moqueries, plaisanteries, caricatures, sarcasmes et manières de tourner en dérision sont fréquemment rencontrés par les chercheur·e·s en sciences humaines et sociales lors de leurs pérégrinations. S’ils font parfois irruption sur le terrain ou dans nos réflexions, les rires peuvent aussi fonctionner comme les révélateurs d’enjeux de pouvoir, de luttes et de résistances qui ne disent pas toujours leur nom. Nous proposons donc aux participant·e·s de réfléchir aux façons dont pouvoir et humour se rencontrent, s’affrontent, s’apprivoisent, ponctuellement ou de manière plus centrale, dans leurs objets de recherche, disciplines et terrains.

Les relations entre humour et pouvoir peuvent être saisies dans différents espaces sociaux. La satire peut être un moyen de renforcer ou de questionner les représentations sociales de certaines professions, que les femmes seraient par exemple incapables d’exercer (Rennes, 2013). Dans le monde du travail, le rire peut aussi avoir fonction d’épreuve de la hiérarchie et/ou d’une complicité (dans les relations de travail à l’usine, Frisch-Gauthier, 1961 ; dans le milieu carabin, Zolesio, 2014) ou de mise à distance de situations exceptionnelles pour les usagers mais qui sont quotidiennes pour les travailleurs (dans les hôpitaux, Peneff, 1992). L’humour se donne aussi à voir dans le travail politique lui-même, pouvant fonctionner comme support de représentations et de mise en scène politique (Collovald, 1992). Les caricatures ont particulièrement retenu l’attention des historiens (De Baecque, 1988 ; Tillier, 1997) mais à partir des années 1990, les émissions télévisées comme le Bebête Show, les Guignols de l’info ou The Daily Show aux Etats Unis, ont fait l’objet de plusieurs travaux de recherche de sociologues et politistes, qui ont notamment souligné leur capacité à “fonctionner comme vérité du jeu politique” (Collovald et Neveu, 1996) ou étudié leur rôle dans la socialisation politique (Tournier, 2005, Baumgartner et Morris, 2006). Plus récemment, l’humour des talk shows a également fait l’objet d’un travail sur le jeu des subversions de l’ordre dominant et des représentations de genre, de race et de classe (Quemener, 2009 ; 2012 ; 2013) et son rôle dans les mobilisations sociales a également été analysé (Bos et t’Hart, 2008).

L’humour apparaît dans ces différents contextes et interactions comme le support de rapports de forces, que ce soit entre groupes sociaux dans la sphère du travail, dans les médias, dans l’arène politique, ou dans les institutions étatiques, familiales, religieuses et scolaires. C’est aussi plus largement le cas dans les relations interindividuelles, de jeu ou d’amour, au sein desquelles les dispositifs de pouvoir avancent parfois plus masqués. Parce qu’il permet de critiquer, de maintenir à distance, de réaffirmer ou de contester des représentations dominantes, l’humour est l’enjeu de luttes sociales et de luttes de classement.

Les contributions proposées pourront s’appuyer sur un ou plusieurs des axes suivants :

  1. Conditions de production du rire

“C’est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens”, Molière, La critique de l’École des femmes

Qui fait rire et dans quelles conditions sociales et économiques est produit le rire ? Ce dernier se décline sur différents supports : productions artistiques (écrits, spectacle, image, etc.), médias, publicité. Quelles représentations du pouvoir sont véhiculées par l’humour à travers ces mediums et pourquoi font-elles rire ? La professionnalisation de certains métiers qui font commerce de l’humour conduit-elle à modifier ces représentations ? Les communications pourront ainsi examiner le rôle des intermédiaires qui sélectionnent ou mettent en scène ces productions culturelles du rire, puisqu’ils détiennent peut-être en partie le pouvoir d’établir ce qui fera ou ne fera pas rire, de renouveler ou non les codes sociaux du rire, favorisant ainsi l’expression de certains humours par rapport à d’autres. La “professionnalisation” du rire et son évolution pourront également être interrogées dans cette perspective. Dans les univers culturels et médiatiques, le rôle que jouent la légitimation ou la délégitimation des genres humoristiques comme ressorts des luttes sociales de domination symbolique pourra également être analysé. Finalement, l’examen du pouvoir de certains rires nationaux sur les styles humoristiques d’autres pays permettra d’approfondir l’analyse des rapports de domination sur la scène internationale.

  1. Usages sociaux du rire

“On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui”, Pierre Desproges

Une deuxième manière de questionner ou de saisir la place du pouvoir dans les pratiques du rire est de travailler sur les mécaniques de l’humour, c’est-à-dire de s’intéresser à ses usages en se demandant de quoi on rit, sans oublier de prendre au sérieux qui rit (Friedman et Kuipers, 2013) . Car, si le rire permet de mettre à distance l’objet comique (Bergson, 1900), cette dynamique pourrait être davantage explorée, notamment en questionnant les manières dont l’humour s’articule avec les différents ordres sociaux.

Les contributions à cet axe pourront ainsi explorer comment les représentations incorporées lors de la socialisation et les rapports de pouvoir entre groupes sociaux (Flandrin, 2011) participent de ce qui est perçu comme drôle. Les individus rient-ils de la même chose et de la même façon – dans des situations aussi différentes que lors de spectacles des humoristes professionnels ou lors de simples interactions du quotidien relevant de la moquerie ou de la plaisanterie ? Comment le renforcement et le retournement de stigmates contribuent-ils à la construction de l’humour ? En retour, quels sont les effets de l’humour sur l’entretien de catégorisations identitaires, nationales, raciales, sexuelles, de genre ou de classe ? Et dans quelle mesure contribue-t-il à donner de la cohésion à ces communautés et groupes sociaux ?Quels sont alors les facteurs qui permettent de distinguer l’usage du rire comme instrument d’inclusion ou d’exclusion sociale, le dispositif de domination de celui de résistance quotidienne ? Pourquoi certaines mises en scène du pouvoir sont-elles perçues comme ridicules et font rire (par exemple pour certain·e·s, les rôles incarnés dans les sexualités se référant au sadomasochisme) ? Les contributions pourront ainsi appliquer ces interrogations générales à différents espaces sociaux, le cadre de la recherche scientifique pouvant également y être inclus. Les chercheur·e·s ont-t-ils recours au rire ou subissent-ils des rapports de moquerie ? Quand, de quoi et avec qui rient l’enquêteur·e et l’enquêté·e ? Quand et pourquoi est-ce qu’un sujet de recherche devient “rigolo” ?

  1. L’humour dans les luttes politiques

“En politique, on n’est jamais fini. Regardez-moi !” Alain Juppé

Caricatures, émissions satiriques et parodies informent la représentation du pouvoir et participent à la formation des opinions politiques. Dans l’exercice de communication, femmes et hommes politiques peuvent ainsi faire rire pour adoucir leur image ou déstabiliser un adversaire (Charaudeau, 2013). Quelles sont les modalités de cet usage stratégique de l’humour par les politiques ? Dans les mobilisations, la caricature ou la satire apparaissent aussi comme instruments de contestation des institutions étatiques, religieuses, nationales ou internationales. Que ce soit durant la révolution française (de Baecque, 1988) ou plus récemment lors des révolutions arabes (Meddeb, 2013), l’humour a ainsi pu être utilisé pour disqualifier les pouvoirs institués. Quelle est la place de l’humour dans les répertoires d’action collective (Bos & t’Hart, 2008) ?  L’investissement contestataire des humoristes peut aller jusqu’à la présentation de candidatures, comme Coluche (Mercier, 2001) Beppe Grillo en Italie ou encore Tiririca au Brésil, qui apparaissent comme des moments de contestation des règles du jeu politique. Comment la circonscription du rapport entre humoristes et politiques nous renseigne-t-elle sur l’existence de conventions implicites réglant les possibilités d’un recours critique à l’humour ? Entre outil de communication et instrument de contestation, quels sont les différents usages de l’humour dans les luttes politiques ? Les contributions pourront également interroger les effets de ces usages sur les rires “ordinaires” et leur rapport au politique : l’humour est-il un support de politisation qui contribue à la démocratisation de l’information politique ou, au contraire, la dérision du pouvoir entraîne-t-elle une mise à distance cynique des institutions, voire une dépolitisation ?

***

Modalités de soumission

L’appel à communication est ouvert aux différentes disciplines des sciences humaines et sociales, afin d’éclairer les multiples dimensions des rapports entre humour et pouvoir. Nous encourageons vivement les jeunes chercheur·e·s et doctorant·e·s à proposer des interventions. Les communications doivent s’appuyer sur un travail empirique solide, mais peuvent envisager des formats de présentation moins conventionnels.

Les résumés devront comprendre :

– Nom(s) et prénom(s) des auteur·e(s)

– Affiliation(s) et statut(s)

– Titre de l’intervention

– Résumé d’environ 3000 signes (espaces compris) de l’intervention. Ce résumé devra

préciser l’objet de la communication, l’axe ou les axes dans lesquels elle s’inscrit,

ainsi que la méthodologie et/ou les sources sur lesquelles elle s’appuie. Une courte

bibliographie pourra également être incluse.

– Une biographie des auteur·e(s) (maximum 500 signes, espaces compris), précisant

notamment leur(s) discipline(s) d’ancrage et leurs domaines de recherche

Les propositions ainsi que toute demande d’information devront être envoyées à humour.pouvoir@gmail.com

Calendrier

30 juin : date limite pour l’envoi des résumés des communications

Courant juillet : réponse des organisatrices et organisateurs du colloque

25 octobre : envoi de la communication écrite (20 000 signes espaces compris)

12-13 novembre : colloque

Lieu à préciser (Paris)

1.4 Contending Religions, Identities and Space

Living together in contemporary Africa and Europe

The University of Macerata, November 12 – 13, 2015

Convenors: Benedetta Barbisan, Maria Elena Paniconi, Uoldelul Chelati Dirar

Centre for African Studies, University of Macerata

After decades in which secular views of politics and social relations have dominated the public sphere in Europe as well as in many polities in Africa and the Middle East, we are currently witnessing a growing pervasiveness of religious discourse. This increasing phenomenon triggers an attitude toward religious branding which, through the radicalisation of practices, reduces opportunities of coexistence and inclusiveness. Religion seems to play an increasingly prominent role in defining identities, binding communities, filling inter-social gaps, healing experiences of marginality, shaping notions of citizenship, and in negotiating rights. To a certain extent, the fast expansion of Pentecostal churches, the political and judicial debate on the acceptability of the Islamic veil and other symbols of religious affiliation, the gruesome episodes of violence perpetrated under religious banners, are all developments that seems to confirm this trend in both Africa and Europe.

Moving from this complex and often conflicting landscape, this conference aims to discuss the multifaceted dimension that religious discourses are assuming in both contemporary Africa and Europe. In this perspective, the conference will question the effectiveness of conventional understanding of religions in the political debate and in the media, trying to deconstruct what seems  an essentialised understanding of religions and thus to shed light on the many theological, social and existential nuances that underpin contemporary religious narratives.

The ultimate aim of this conference is to investigate if and to what extent challenges posed by religious discourses in Europe occurred also  in African societies and polities, defying  dominant representations of Europe’s uniqueness.

In a comparative and multidisciplinary perspective, the conference will address the relevance of these issues in reshaping notions of coexistence and social cohesion and identifying elements of similarity as well as difference in Africa and Europe.

In a truly multidisciplinary approach, the convenors will particularly welcome papers dealing with the following:

  • Social and Political Conflict
  • Building and Imaging Communities
  • Constitutional and Legal Challenges
  • Social Marginality
  • Cosmopolite World and Religious Identities
  • Diasporas and Radical Politics
  • Secularism, Secularity and Religions
  • Communicating Religions
  • The language of religions

Proposals can be filled using the form available online and should include a short abstract with a clear description of sources and methodology that will be used in the paper and a short bio.

Proposals no longer than 700 words  should be sent to  cir.africa@unimc.it

Deadline for the submission of proposals is  July 14th 2015

1.5 Mongo Beti

Poursuivant ses investigations sur l’œuvre de Mongo Beti, le groupe de recherche ‘‘Littérature et Société’’ de l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody / Abidjan prépare un second tome consacré à son Discours. (Tome 1 : Mongo Beti : une conscience universelle/ De la résistance à la prophétie, Paris, Publibook, 2015) Cette publication sera une réflexion méthodique, se manifestera comme une démarche analytique sur les fondements du Discours chez Mongo Beti.

Homme à plusieurs facettes : intellectuel universitaire, écrivain, homme politique, Alexandre Biyidi est l’un des auteurs majeurs africains à avoir comme sociogramme générateur de son œuvre, la question de l’éclatement et de la dispersion des références culturelles. A travers ses pseudonymes : Eza Boto, Mongo Beti qui veulent dire  respectivement « gens d’autrui » et «  le fils des Beti », il  traduit sa volonté de  s’identifier avec son peuple, et exprime au demeurant le poids d’une culture et d’une civilisation. Aussi, comme l’a bien vu Bernard Mouralis, « l’œuvre de Mongo Beti est (– elle) pas seulement une œuvre essentielle dans le champ de la littérature de l’Afrique. Elle l’est aussi dans le champ de la littérature mondiale de la deuxième moitié du XXème siècle ».

Sachant que « l’intellectualité universitaire instaure une tradition de combat » selon Mémel Fôté, parce que l’intellectuel est un producteur de sens ; que l’écrivain, homme de plume a pour essence la parole qui se veut un appel constant parce qu’elle est le lieu privilégié de l’expression idéologique ; enfin que toute action ou réflexion politique implique un projet de société, la tâche consistera à questionner son Discours pour savoir comment il écrit le monde. Quels sont les rapports de productions nécessaires, selon lui, dans le processus de développement des forces productives de l’humanité, l’Africain en particulier, dans la production sociale de son existence ?

Le mobile essentiel est de « découvrir le rationnel dans l’irrationnel du créé artistique » de Mongo Beti, de cerner la matière que mobilise son esthétique et sa pensée.

Les contributions  s’organiseront autour des trois orientations suivantes :

– Le discours linguistique

– Le discours narratif

– Le discours idéologique.

CONSIGNES DE REDACTION

– Les contributions (15 pages maximum= environ 30000 signes) sont à adresser au Docteur Adama Samaké, responsable du comité de coordination, à l’adresse suivante : adamasamake81@yahoo.fr avant le 20 Août 2015. Chaque article sera soumis avant publication à l’approbation du comité de lecture.

– Numérotation numérique automatique continue à partir du chiffre 1. Logiciel utilisé Word 2003 ou 2007.

– On utilisera exclusivement le Times New Roman, la taille de caractères 14 (pour le titre), 12 pour le texte principal et 10 pour les notes et les citations plus étendues, l’interligne 1,5. Les citations seront inclues dans le texte.

– Merci de bien vouloir accompagner vos textes d’une brève notice biobibliographique.

1.6 Le roman algérien de langue française : un siècle d’écriture et de création

CENTRE DE RECHERCHE EN ANTHROPLOGIE SOCIALE ET CULTURELLE/CRASC

Unité de Recherche sur la Culture, la Communication, les Langues, les Littératures et les Arts/UCCLLA

PROJET DE RECHERCHE : RECEPTION CRITIQUE DU ROMAN CONTEMPORAIN ALGERIEN

COLLOQUE INTERNATIONAL LES 6 ET 7 DECEMBRE 2015

THEME : LE ROMAN ALGERIEN DE LANGUE FRANÇAISE : UN SIECLE D’ECRITURE ET DE CREATION

« J’écris en Français parce que la France a envahi mon pays et qu’elle s’y est taillée une position de force telle qu’il fallait écrire en français pour survivre ; mais en écrivant en Français, j’ai mes racines arabes ou berbères qui sont vivantes, par conséquent tous les jugements que l’on portera sur moi, en ce qui concerne la langue française, risquent d’être faux si on oublie que j’exprime en Français quelque chose qui n’est pas français. »

Kateb Yacine

La littérature comme mode d’expression de l’imaginaire dans le vaste champ des études anthropologiques et des sciences humaines se manifeste à toutes les époques de l’Histoire d’Algérie depuis les temps les plus anciens. La production littéraire est le fait de toutes les civilisations qui ont dominé le pays.

La littérature algérienne de langue française est non seulement un produit objectif de l’apprentissage de la langue du colon mais un héritage de l’Histoire qui enrichit le patrimoine culturel algérien. Un bref regard à l’histoire des idées en Algérie nous révèle que d’autres civilisations du bassin méditerranéen et d’ailleurs, aux ambitions expansionnistes, ont convoité les rivages et la terre d ’Algérie ; ils s’y installent et viennent de ce fait amplifier et accroitre davantage le socle culturel ancestral. C’est dire que l’imaginaire algérien, et tout particulièrement littéraire, est imprégné profondément par toutes ces influences civilisationnelles qui sédimentent et travaillent toute la question identitaire  qui puise sa substance constitutive et toute sa signification dans l’hybridité et le  fragment, le composite et le métissage, le croisement et la multiculturalité. C’est dans ce contexte culturel ainsi constitué dans le brassage de différentes cultures que se manifeste la littérature algérienne de langue française dont les fictions sont intensément racinées dans la mémoire collective et la tradition ancestrale immémoriale ; elle représente un moment particulier de l’histoire des idées et le mouvement de la pensée en Algérie et au Maghreb. Elle est inhérente à une conjoncture historique récente dans cette trajectoire culturelle millénaire. L’indépendance du pays ne voit point son extinction. Dans cette nouvelle étape de l’Histoire, la littérature s’épanouit de plus belle dans un pays confronté à la construction de la modernité et à son intégration dans le concert des nations à l’instar de tous les pays décolonisés. Bien plus, cette littérature continue à prospérer et à se déployer durant la période post-coloniale, et à se développer davantage dans les temps modernes caractérisés par la mondialisation que favorise considérablement le développement accéléré de la technologie du numérique, la communication satellitaire dans les échanges entre les pays et les hommes et les multiples et incessants exodes humains entre tous les continents de la planète.  Ainsi, dans cette ère de circularité et de mouvements, de nouvelles poétiques, de nouvelles écritures, une « nouvelle diversité littéraire en Algérie », selon Najib Redouane[1], ont-elles vu le jour ; de ce fait, les valeurs esthétiques sont totalement bouleversées et métamorphosées car elles se font dans la multiculturalité, le dialogue des cultures, la confrontation de divers discours, le transfert et la mobilité des procédés et mécanismes d’écriture, en somme dans une poétique de l’hybridité, une « poétique du divers »,  telle qu’instituée par Edouard Glissant à travers sa notion de la littérature fondée sur la pensée philosophique « Le tout-monde »[2]. Cette  grande transversalité de la pensée humaine met en place l’ère du soupçon, celle  des remises en cause,  celle des questionnements  qui fondent une nouvelle vision de la valeur littéraires du texte romanesque et l’avènement d’une diversité scripturaire. Aussi, l’imaginaire, dans les fictions tout particulièrement,  se trouve-t-il affranchi des schèmes de pensées et de la rigidité des dogmes littéraires ayant prospéré dans le champ littéraire occidental considéré pendant longtemps comme le centre. Intellectuellement, esthétiquement, philosophiquement, voire idéologiquement, on peut évoquer l’idée d’un décentrement réel qui se manifeste par une errance de l’écriture, par sa mobilité, par le caractère ouvert du genre romanesque à tous les possibles artistiques et narratifs. Compte tenu de ce préalable, notre colloque s’intéressera à l’histoire littéraire du roman algérien. Après un siècle d’écriture romanesque,  il s’agit de faire un état des lieux sur l’écriture du roman algérien, de l’interroger  à la lumière des bouleversements de l’histoire du monde, de l’histoire d’Algérie et celle des temps modernes de la mondialité. Il est question d’une lecture/relecture de son émergence, de l’évolution de ses techniques d’écriture, de son esthétique, de ses discours et de sa réception critique. Il s’agit, ainsi, en définitive, de questionner la notion même de roman algérien et sa (re)définition. Qu’est-ce qui fait, construit aujourd’hui la littérature algérienne et son histoire, et tout particulièrement celle du roman comme modalité d’expression hérité de la tradition littéraire occidentale ? Dans quelles conditions peut-on parler de spécificité générique  du roman algérien? Dans quelles conditions et perspectives peut-on évoquer son universalité ? Quel dialogue instaure-t-il au niveau de la poétique et des discours au sein du Maghreb et de la littérature francophone? Quelle classification générique et périodique peut-on suggérer pour écrire l’histoire littéraire? Peut-on parler à l’époque contemporaine de l’émergence d’un « nouveau roman algérien » selon Lynda-Nawel Tebbani [3]? Où d’un « nouveau souffle du roman algérien »  selon les propos de Rachid Mokhtari[4] ? Quelles en seraient les dimensions esthétiques ? Pour avoir quelques réponses, nous soumettons à la prospection et à l’analyse les axes de recherche et de réflexion  suivants :

  • Les romans émergents des pionniers
  • Le roman postcolonial
  • Le roman iconoclaste
  • Le roman contemporain  des années 1990 à nos jours
  • Le roman de l’exil
  • Le roman issu de l’immigration
  • Comment élaborer l’histoire littéraire algérienne :
    • . Synchronie ou diachronie
    • Thématique
    • Révolution et rupture
  • L’avenir de la littérature algérienne : quels enjeux et perspectives ?
  • Edition et diffusion de la littérature : quel rôle dans l’histoire littéraire ?
  • Soumission des propositions jusqu’au 31 juillet 2015
  • Evaluation des propositions : septembre 2015
  • Notification d’acceptation : 15 septembre 2015
  • Envoi des communications : jusqu’au 15 novembre 2015

Propositions des Participants

  • A soumettre à l’adresse e-mail : colloque.roman2015@gmail.com ; f-bendjelid@hotmail.fr ; lyndanawel@hotmail.fr
  • (Time new roman12, interligne 1,5)
  • Nom et prénom du communicant, grade, institution universitaire d’attache
  • Titre de la proposition
  • Axe dans lequel s’inscrit la proposition
  • Résumé de la proposition en 500 mots au plus
  • Notice bio-bibliographique de l’auteur

1.7 L’Afrique au miroir du reportage

« L’AFRIQUE AU MIROIR DU REPORTAGE »

Colloque international

21, 22, 23 janvier 2016

Proposé par : Dr Raphaël LAMBAL, Université Assane SECK de Ziguinchor (Sénégal), Pr Catherine COQUIO, Université Paris 7-Denis Diderot (France)

C’est dans Situations, II. Qu’est-ce que la littérature ?, son texte majeur qui constitue l’horizon de référence de toute tentative d’analyse et de justification philosophique et littéraire du phénomène de littérature engagée que Jean-Paul Sartre formule cette réflexion qui légitime à la fois un genre (le reportage) et une profession (le reporter) : « Il nous paraît, en effet, que le reportage fait partie des genres littéraires et qu’il peut devenir un des plus importants d’entre eux. La capacité de saisir intuitivement et instantanément les significations, l’habileté à regrouper celles-ci pour offrir au lecteur des ensembles synthétiques immédiatement déchiffrables sont les qualités les plus nécessaires au reporter. » (Gallimard, 1948. 1975 pour l’édition utilisée, p.30). Fidèle à son mot d’ordre d’alors « Ecrire pour son époque », et inquiet de voir assimiler l’autonomie de la pratique littéraire à une forme d’irresponsabilité, Sartre accorde ainsi au reportage une valeur singulière capable de sauver la littérature menacée de perdre sa raison d’être parce que préoccupée uniquement d’elle-même et coupée du monde. Cette approche sartrienne qui a longtemps dominé la réflexion sur le reportage n’a plus aujourd’hui la même pertinence pour saisir un genre qui ne cesse, autant dans le fond que dans la forme, de se diversifier par l’imagination des écrivains-journalistes qui le pratiquent et continuent d’actualiser l’épineuse question qui a traversé tout le XXè siècle du rapport, toujours débattu, jamais tout à fait éclairci, entre littérature et reportage dans leur prise en charge de l’histoire et du réel.

« Enfant du divorce autant que de la réconciliation entre journalisme et littérature » (voir Myriam Boucharenc) dont l’histoire est largement traitée par les historiens de la presse, le reportage, malgré son prestige, intéresse encore peu la théorie littéraire dans la réflexion sur sa spécificité. Il constitue pourtant ce genre carrefour où des auteurs (écrivains, journalistes, intellectuels) venus d’horizons divers et animés du goût des autres doublé d’une attirance pour l’ailleurs, se croisent pour être des « témoins parmi les hommes » ou pour « porter la plume dans la plaie » de « l’histoire immédiate » du monde. Hier comme aujourd’hui, l’Afrique incarne souvent cet « Autre » et cet « ailleurs » dans des textes de reportage qui portent la signature de noms illustres qui ont donné au genre ses lettres de noblesse. Rappelons seulement deux ou trois titres parmi tant d’autres que l’on peut citer :Terre d’Ebène d’Albert Londres, L’heure du nègre de Georges Simenon, Marchés d’esclaves de Joseph Kessel ou encore La Piste fauve. De nombreux écrivains-journalistes ou travel-writers, souvent éloignés du star-système de l’information télévisée, prolongent encore cette tradition de voyage, d’aventure et d’investigation en Afrique pour la découvrir, mais aussi et surtout la vivre pour le compte des autres. Ces auteurs « passeurs de cultures » qui regardent en journaliste et qui écrivent en écrivain les « Choses vues », sans se mettre en avant, et que la pureté de leur travail seule rend transparents, proposent des textes illustrant l’idée que la connaissance authentique de l’Afrique est d’ordre empirique. Pour bien décrire la vie, les souffrances et les joies des autres, il ne suffit pas de les avoir observées, il faut aussi et surtout les avoir partagées, ressenties grâce à l’immersion totale dans les pays ou les milieux sociaux décrits, avec pour corollaire le renoncement aux préventions, au jugement de valeur.

Genre intimement lié depuis sa naissance et son développement au continent africain dont le destin violenté lui a toujours servi d’aiguillon ou de banc d’essai, il est ainsi possible de lire au miroir du reportage les grandes mutations politiques, sociales et culturelles survenues en Afrique depuis le tournant des années soixante. Du délitement du système colonial et des conflits de libération à la guerre froide qui aura sous les tropiques une température très élevée. De l’euphorie de la période postcoloniale et le blues économique qui s’ensuivit aux grandes crises politiques et humanitaires de la décennie 90 au lendemain de la chute du mur de Berlin ; puis le recadrage actuel des rapports géopolitiques entre l’Afrique et le reste du monde avec le basculement du regard africain vers l’Asie.

Depuis la dernière décennie du XXè siècle, un regain d’intérêt pour la littérature de reportage est manifeste dans le monde de l’université et de l’édition. Les reportages de Joseph Kessel sont réédités en six volumes chez Tallandier, collection « Texto », sous le titre Témoin parmi les hommes et chez Gallimard, collection « Quarto » sous le titre Reportages, Romans en 2010. Omnibus édite en 2001 Mes apprentissages. Reportages (1931-1946) de Simenon.  Les textes d’Albert Londres sont « rassemblés » en Œuvres complètes publiées chez Arléa en 2007 ainsi que ses reportages qui ne sont parus que dans les journaux sont réunis dans un volume intitulé Câbles et reportages. En 2014, Flammarion fait paraître en Œuvres complètes les reportages de Ryszard kapuscinski. Et devant de brillants tours de force non fictionnels comme Congo. Une histoire (David Van Reybrouck), La stratégie des antilopes (Jean Hatzfeld), Sur les ailes du dragon (Lieve Joris) dans lesquels un réexamen de l’histoire du continent et de son présent atteint toute la tension et toute l’excitation intellectuelle de la meilleure fiction, on ne peut que se réjouir de la fortune de cette espèce d’écriture factuelle très imaginative qui enjambe constamment les frontières du savoir. Le succès et/ou l’académisation de fait de ces œuvres enfantées par la modernité, littérairement contestées à l’origine pour avoir fait leur succès dans la rue (presse), pose aujourd’hui de façon incontournable la question de la notion de littérature elle-même, de son expansion, question pourtant longtemps présente dans l’université anglo-saxonne avec le nouveau journalisme qui développe ce brouillage créateur entre réalité et fiction.

Le projet de ce colloque international sur « L’Afrique au miroir du reportage », qui sera organisé à l’Université Assane SECK de Ziguinchor-Casamance (Sénégal) les 21, 22 et 23 janvier 2016, est de proposer une réflexion sur cette production littéraire, encore faiblement institutionnalisée, du vaste domaine des professions mixtes (écrivains-journalistes), preuve que la littérature est une matière vivante et non le reliquaire des beautés défuntes, dans une étude qui se veut un observatoire critique des formes les plus contemporaines de l’art du récit de reportage – avec l’Afrique comme horizon.

Les contributions pourront s’orienter selon une double perspective thématique et esthétique.

1 – L’Afrique au miroir du reportage

« Intrusion d’un personnage dans un monde qu’il nous découvre en le découvrant lui-même » (voir André Malraux), le reportage a grandement façonné le regard du monde sur l’Afrique contemporaine dont elle reflète les ombres et les lumières. Elle a à la fois une portée historique et une valeur testimoniale – avec tout ce que le témoignage, malgré le souci constant de vérité, peut comporter de sentimental, de subjectif et d’arbitraire. Si tout n’est pas vrai dans la relation des événements, tout est vraisemblable. Car le témoignage humain l’emporte sur le témoignage historique.

Quelle image de l’Afrique contemporaine comme objet de discours et de représentation est-elle ainsi construite dans les œuvres de reportage ? En quoi ces récits sont-ils le lieu d’exploration de la question de la rencontre de ses cultures, de ses peuples et de son histoire ? Quelle est la réception de cette littérature de reportage en Afrique où, curieusement, le genre attend encore d’être investi par les écrivains et les journalistes du continent ?

2 – Poétique et esthétique du reportage

Les textes de littérature de reportage sont tous des exceptions qui ne confirment pas la règle de l’obsolescence rapide des écrits journalistiques. S’ils suscitent toujours de l’intérêt alors que les événements qu’ils relatent ont perdu de leur importance (actualité) en reculant dans le temps, c’est parce qu’ils ont acquis quelque part une dignité de littérature dont le prestige repose dans la capacité que l’on lui prête de s’arracher au temps humain pour se placer dans une toute autre dimension temporelle.

Quelles sont les modalités et les enjeux de cette écriture testimoniale dont la mission informative est indissociable de la vocation esthétique (souci de la forme et de l’écriture) ? Quelle est la spécificité de cette langue du reportage dont le statut énonciatif prend souvent à son compte, avec quelques voluptés, les ambiguïtés fécondes du « mentir-vrai » ? Est-il pertinent de parler d’écoles (française, belge, polonaise, anglo-saxonne) dans l’écriture du reportage en Afrique ?

Aussi d’autres réflexions pouvant permettre d’éclairer les pratiques les plus modernes du reportage (photojournalisme, film, documentaire) comme lieu d’expérimentation ou d’exploration des interactions entre univers littéraire et médiatique constitutives de la vie culturelle pourront-elles être abordées.

Les propositions de communication (coordonnées du chercheur + texte + résumé d’environ 250 mots) sont attendues pour le 15 novembre 2015 au plus tard et doivent être envoyées à l’adresse suivante :

ufrLASH@univ-zig.sn ou rlambal@hotmail.com

Le comité scientifique vous informera au plus tard le 15 décembre 2015 si votre proposition est retenue.

1.8 Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception

Les littératures en langues africaines, orales comme écrites, souvent éditées localement, sont mal connues à l’échelle internationale, malgré une production qui est pourtant loin d’être négligeable et qu’on peut même qualifier d’abondante en certaines langues comme le swahili, le haoussa, le yorouba, par exemple. Témoigne de cette abondance, le livre déjà ancien d’Albert Gérard (African Language Literatures, Three Continents Press 1981) qui, à propos des seules littératures écrites, recense déjà à cette époque plus d’un millier d’ouvrages. En témoigne également la diversité des supports et des modes de circulation multimédia, qui donnent à ces littératures une accessibilité et un mode d’existence nouveaux. C’est pour remédier à ce déficit de visibilité et pour initier la recherche dans ce domaine qu’est né le projet de créer une Encyclopédie en ligne des Littératures en LanguesAfricaines, (ELLAF), aussi bien écrites qu’orales, actuellement dans sa phase expérimentale, avec un premier échantillon de 11 langues, avant son extension progressive à d’autres langues du continent. C’est pour clôturer une première étape de ce projet qu’a été conçu le colloque « Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception».

  1. Production

Dans le cadre de ce premier volet, trouveront leur place des communications qui s’intéressent aux différents aspects circonstanciels qui, à l’écrit comme à l’oral, motivent et accompagnent ce champ de production spécifique. Elles pourront porter sur :

– un ordre causal: les œuvres produites en langues africaines relèvent-elles d’initiatives individuelles ou obéissent-elles à une programmation préétablie (par exemple les calendriers rituels et/ou cérémoniels de l’oralité)? Certaines font-elles l’objet d’une commande de la part d’un organisme ou d’une institution : ONG, service culturel ou éducatif etc. ? Y a-t-il parfois des objectifs militants fixés a priori à laquelle cette production spécifique est censée répondre (par ex. développement des langues nationales) ?

– un ordre modal : par qui, ces oeuvres sont-elles produites ? Quels sont les statuts des différents énonciateurs de littérature orale (spécialistes, non spécialistes, professionnels ?), ceux des auteurs de littérature écrite ? Quelles modalités régissent cette production ? Sans médiatisation (cas de l’oralité première) ? Sur des supports médiatisés (livres, CD, radio, télévision…) ? Quel type de support correspond à quel type d’œuvre ? Quels genres sont privilégiés ?

Dans quelle mesure l’analyse des modalités textuelles de ces productions permet-elle d’induire une cible plus spécifiquement visée de la part des créateurs ? Quelles sont, en termes de communication littéraire, les incidences des conditions de production sur les textes, en contexte d’oralité d’une part, d’écriture littéraire d’autre part ? Quel est le rôle de l’édition numérique et de la circulation des textes sur internet ?

  1. Diffusion

Les communications relevant de ce second volet porteront sur les modalités d’édition des œuvres : qui sont les éditeurs (livres, disques, CD/DVD, en ligne) d’œuvres orales ou écrites créées dans une langue africaine en Afrique et hors d’Afrique ? Quel est le

rôle de la néo-oralité en matière de diffusion ? Dans quelle mesure est-il possible d’induire une différence de cible entre les éditions en langue africaine seule et les éditions en version bilingue (langue africaine/langue européenne) ? Quels sont les tirages de ces éditions respectives ? Quels sont, en fonction des supports, les circuits de diffusion : librairies, bibliothèques, librairies par terre, réseaux spécifiques (associations, institutions scolaires, universitaires, etc.), internet ? Dans quelle mesure les œuvres écrites dans une langue africaine donnée font-elles ensuite l’objet d’une traduction ? Vers une (ou plusieurs) langue(s) européenne(s) ? Vers une (ou plusieurs) langue(s) africaine(s) ?

  1. Réception

Les communications plus spécifiquement attachées à ce troisième volet se focaliseront sur la façon dont sont reçues et perçues ces œuvres en langues africaines par le public qui les consomme après publication (lecteur/auditeur/spectateur). Peut-on identifier ce public en termes quantitatifs et qualitatifs ? Quelles sont les instances critiques qui en parlent (journaux, revues, émissions radiophoniques ou télévisuelles, sites internet…) ? En quels termes ? Y a-t-il une différence de traitement entre les productions littéraires en langue africaine d’un écrivain déjà internationalement reconnu pour une œuvre parallèle dans une langue européenne (Ngugi wa Thiong’o, Boubacar Boris Diop…) et les autres ?

Outre leur manque de visibilité, les littératures en langues africaines souffrent aussi parfois d’un déficit d’estime par rapport aux littératures du continent écrites en langues européennes. La critique leur reproche souvent d’être soit trop didactiques (littérature édifiante ) soit trop idéologiques (littérature à thèse), deux qualités qui selon une conception occidentale très ethnocentrée de la littérature sont réputées ne pas faire bon ménage avec la création littéraire. Des analyses textuelles portant sur certaines œuvres en langues africaines pourront, au-delà des préjugés, s’interroger sur la littérarité de ces oeuvres et sur la légitimité de leur aspiration à intégrer le domaine littéraire universel.

Si telle ou telle communication peut mettre l’accent sur l’un ou l’autre des trois axes distingués, il va de soi que les études transversales sont possibles et même recommandées. Par conséquent, si une étude sur les maisons d’édition publiant de la littérature africaine est tout à fait envisageable, une autre, portant sur une œuvre particulière, pourra à la fois s’intéresser aux conditions de production et de diffusion de cette œuvre et faire l’analyse raisonnée de la façon dont elle a été reçue par la critique à partir d’un examen de ses propriétés textuelles. En effet, la mise au jour des paramètres sociologiques concernant les modalités de production et de diffusion de ce champ littéraire n’aura d’intérêt que dans la mesure où elle contribue à éclairer la nature textuelle spécifique des œuvres qui le composent.

Des problématiques comparables autour de la coexistence de la littérature orale et de l’écriture littéraire en langues locales dans d’autres aires culturelles pourront être abordées lors de ce colloque.

Comité scientifique : Ursula Baumgardt, Jean Derive, Graham Furniss, Xavier Garnier, Lee Haring, Abdoulaye Keïta

La date limite de réception des propositions de communication est le3 0 septembre 2015

colloqueellaf@gmail.com

Des argumentaires en français ou en anglais de 2000 signes (espaces compris) maximum seront joints aux propositions, accompagnées d’une brève notice biographique.

1.8 Écritures de la (non)violence

Dialogues francophones, n° 20 : “Écritures de la (non)violence”

Violence, agression, conflits… L’histoire de l’humanité est marquée dès ses débuts par des fratricides, des guerres abominables, des génocides, des oppressions de toutes sortes (esclavage, domination, joug, ghettoïsation), des régimes totalitaires et des attentats terroristes. À l’opposé, se situent le désir de vivre en paix et la volonté d’accepter la différence de l’Autre dans un monde de plus en plus métissé. Il suffit de penser à Mahatma Gandhi, Martin Luther King ou Nelson Mandela, quelques militants proéminents de la non-violence, pour comprendre que le combat contre les injustices sociales et la ségrégation raciale, ainsi que la lutte pour les droits de l’homme peuvent se baser sur d’autres principes que la violence.

Il est bien connu que les premiers textes de la littérature universelle (Bhagavad Gita, Iliade, Odyssée, etc.) narrent des conflits s’étant produits dans des temps immémoriaux entre des héros doués de pouvoirs surnaturels et des dieux tout puissants. La diversité des rapports interhumains a fourni de la matière première à des romanciers, poètes et dramaturges qui ont saisi différents aspects de l’expérience humaine dans une variété de textes fictionnels ayant souvent comme point de départ des événements (non)violents réels et des personnages historiques plus ou moins connus.

Dans cette optique, on peut envisager une multitude d’approches des œuvres littéraires de la seconde moitié du XXe et du début du XXIe siècles. Dans le cas de la transposition littéraire d’événements (extrêmement) violents,  le refuge dans la fiction peut avoir une valeur thérapeutique grâce au traitement particulier des traces des horreurs vécues. Il n’est pas rare que l’instance énonciatrice d’une telle fiction devienne le porte-parole d’une communauté dominée par une autre, se posant d’emblée en militant pour l’obtention de droits économiques, sociaux, culturels et linguistiques. La représentation fictionnelle du réel peut avoir aussi un rôle moralisateur afin de sensibiliser les lecteurs quant aux atrocités qu’on commet constamment à différents endroits du monde. Or, souvent il est difficile de repérer la ligne de démarcation qui sépare les données du réel de leur expression esthétique. S’agit-il d’une restitution fidèle de type historiographique ou d’une déformation intentionnelle ou imaginaire ? Quels rapports existent-ils entre le personnage historique et son double fictionnel ? Quels sont les enjeux d’une littérature qui se propose de pallier l’insuffisance, les omissions ou le mensonge du discours historique ? Quelles sont les particularités stylistiques de ces textes littéraires? Par quels moyens les écrivains expriment-ils leur propre vision des événements historiques ?

Partant des notions de violence et non-violence, il est aussi possible d’analyser la liaison dangereuse entre le texte littéraire et la biographie de son auteur. Quels sont les risques assumés par un écrivain pour avoir le courage de décrire des aspects socialement et politiquement sensibles ? Quelles en sont les conséquences? De quelle façon l’(auto)censure fait-elle violence au texte et quels en sont les facteurs politiques et idéologiques ? Comment les contraintes éditoriales agissent-elles sur le texte et le transforment ?

Pour le numéro 20 de la revue Dialogues francophones nous invitons les contributeurs à réfléchir au sujet de la fictionnalisation d’événements historiques révélateurs de la nature (non)violente des contacts interhumains, sujet qui, plus que jamais, reflète le contexte politique actuel où dialogue  et conflit figurent à l’ordre du jour.

Calendrier à retenir :

Propositions de contribution le 10 juillet 2015 (à l’adresse : farimita@yahoo.fr)

Avis d’acceptation ou de refus : le 30 juillet 2015

Réception des contributions définitives : le 15 septembre 2015

Parution du numéro 20/2014 de la revue Dialogues francophones : le 15 novembre 2015

1.9 Pour une géocritique du texte et du film francophones

Colloque international

Pour une géocritique du texte et du cinéma  francophones

Université McGill, 28, 29, 30 avril 2016

 

Quand Bertrand Westphal se lançait dans une théorie de la « géocritique », il faisait d’abord le pari d’une relecture de la représentation des grandes villes et campagnes européennes depuis longtemps « racontées » dans les littératures occidentales. Il montrait aussi que derrière le travail des monarques, géographes, historiens et autres architectes, une bonne partie de la construction du « mythe » de ces villes et campagnes était l’œuvre des écrivains. On comprend sous cet angle la portée théorique des notions d’« imaginaire cartographique » (2007 : 115), de « représentation orchestrée » (275) ou de « perspective fictionnelle » (125) qui articulent les différents essais de l’auteur (2000, 2003) et notamment La géocritique : réel, fiction, espace (2007). Ces notions semblent converger vers une même observation : tout lieu désigné dans le texte est un lieu de « l’ordre littéraire » (61) ; mais dans un contexte de « littérature-monde », cet ordre littéraire ne saurait être confiné à un corpus occidental.

En construisant des relations inattendues des personnages, des récits et des films à l’espace, le roman et le cinéma francophones découvrent en effet un immense potentiel géocritique qui redéfinit les genres eux-mêmes tout en inscrivant des langages littéraires et des techniques cinématographiques singuliers. Les dialogues dans Le ventre de l’Atlantique de Fatou Diome (2003) sont autant de tentatives de rectification de la topographie réelle de l’île de Niodior. Telle que reconfigurée dansAux États-Unis d’Afrique d’Abdourahman Waberi (2005), la ville d’Asmara n’est plus le lieu-refuge communément admis mais l’uchronie d’une mondialisation plus humaine. Dans Solibo magnifique de Patrick Chamoiseau (1988), les rues, les marchés, les quartiers populaires de Fort-de-France forment les lieux revisités d’une mémoire collective enfouie. Et dans Les pieds sales d’Edem Awumey (2005), le Sahel ne dit plus une sécheresse endémique mais bien la médiation poétique d’une relation au monde. De même, Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud (2013) n’est pas qu’une sympathique redécouverte nostalgique d’Alger-la-blanche, mais davantage une variation intertextuelle sur le raisonnement criminel.

Le cinéma, de son côté, investit le cadre spatial par des moyens, des procédés et une temporalité propres qui permettent de construire une « identité spatiale » pour mieux asseoir une « altérité spatiale » en contiguité « lorsque les informations contenues dans deux segments spatiaux amènent le spectateur à inférer une continuité directe […] entre ces deux segments » (André Gaudreault et François Jost, 1990 : 95-96). Le cinéma construit aussi ses lieux par disjonction  proximale(séparation de deux espaces proches) et par disjonction distale, c’est-à-dire « tout ce qui, dans un deuxième plan, est rejeté dans un ailleurs irréductible à l’espace représenté dans le plan précédent » (Ibid.). Ces outils d’analyse autorisent bien une géocritique du genre filmique francophone (Christine Lahaie : 2011) en posant une série de questions. Comment redécouvrir Casablanca dans Casanegra de Nour Eddine Lakhmari (2008) comparée à la vieille Casablanca de Michael Curtiz (1942) ? Quelle est cette intrigante Alger du film Morituri d’Okacha Touita (2007) adapté d’un roman de Yasmina Khadra ? Que dire de la ville de Kinshasa telle qu’elle réapparait dans Viva Riva de Djo Tunda Wa Munga (2010) ? Comment interpréter les mises en scène de l’espace rural dans les films de Souleymane Cissé, Jean-Claude Flamand Barny, Jean-Baptiste Lucien ou Ousmane Sembène ?

C’est pour interroger les possibles géocritiques du roman et du cinéma francophones que le Département de langue et littérature françaises (DLLF) de l’Université McGill organise un colloque en avril 2016. Il s’agit de se demander comment l’espace référentiel habituel se dissout dans un imaginaire de l’espace qui en déconstruit les codes classiques et les fonctions consacrées. Autrement dit, en quoi l’urbanité littéraire et filmique africaine, maghrébine ou antillaise transforme le décor anomique habituel en une véritable architexture de paroles et d’images ? Contrairement à sa réputation de terrain de confrontation tribale, la géographie rurale n’est-elle pas d’abord l’espace ouvert de reconfiguration des pays et du monde ? Le lieu d’exil en Europe ou en Amérique, souvent vu ou vécu comme un mur des lamentations, n’est-il pas plutôt l’endroit de négociation d’un nouvel humanisme transnational ?

Sans être exhaustifs, les propositions pourront s’inscrire dans les axes suivants :

  • Géocritique du texte et du cinéma francophone : état des lieux
  • Espace romanesque, espace filmique et théories postcoloniales
  • Sujet migrant et réappropriation du territoire dans le roman et le cinéma francophones
  • Lieux (ré)habités de l’ici et de l’ailleurs

Les propositions de communication doivent être envoyées par courriel en français avant le 30  juillet 2015 à mbaye.diouf@mcgill.ca  et francoise.naudillon@concordia.ca

La longueur des propositions est de 25 lignes maximum (Time New Roman 12, sans interligne) suivies d’une notice biobibliographique de 10 lignes maximumcomportant votre nom, institution d’attache, domaines de recherche et publications récentes. Le Comité scientifique du colloque évaluera toutes les propositions reçues et les auteur.e.s seront avisé.e.s le 1er septembre 2015.

1.10 Rum and the Caribbean

CONFERENCE: RUM AND THE CARIBBEAN

15-16 October 2015

Co-organised by UCL Institute of the Americas, the Caribbean Council, and the West Indies Rum and Spirits Producers’ Association (WIRSPA)

Venue: University of London

Since the 17th century, rum has played a central role in the economic, social and cultural history of the Caribbean. First produced as a by-product of the sugar refining process, the development of rum production in the Caribbean is rooted in the region’s history of colonialism, plantation agriculture, and slavery. Produced and consumed in the region for centuries, the significance of rum is visible in everything from contemporary trade negotiations with the EU to the politics of the rum-shop, from the social satire of Lord Invader’s ‘Rum and Coca Cola’ to the machinations of the anti-Castro ‘Bacardí wars’. However there have been few discussions bringing together analyses of the historical importance of rum, its significance to contemporary Caribbean societies and economies, and the challenges faced by Caribbean rum producers in the era of globalisation.

This conference therefore seeks to explore the economic, political, social and cultural significance of Caribbean rum from its colonial origins to the present day.

Day one of the conference focuses primarily on the historical, cultural and social dimensions of rum in the Caribbean / Caribbean rum in the world. Themes for consideration include but are not limited to:

  • Rum, slavery and the slave trade
  • Rum and the colonial economy
  • The naval and military history of rum in the Caribbean
  • The politics of rum
  • Labour relations and rum
  • Rum and religion
  • The rum-shop in Caribbean society
  • Rum in Caribbean literature, arts and music
  • Archival sources on rum

Please submit abstracts of no more than 300 words and a short bio to Kate Quinn on Katherine.quinn@ucl.ac.uk by Monday 13 July.

Day two of the conference focuses on the economics of the contemporary rum industry. Invited speakers from government, trade organisations, the European Commission and the rum industry will examine the place of Caribbean rum in the global economy, its significance for Caribbean economies, the implications of different trade regimes and changing markets, trade relations with Europe and North America, and the challenges facing Cariforum rums in relation to Cuban, Central and South American rums and other competitors.

Speakers for day two by invitation only.

NEW TITLES

2.1 At the Limits of Memory: Legacies of Slavery in the Francophone World (Francophone Postcolonial Studies, 6)

Edited by Nicola Frith and Kate Hodgson. Liverpool University press, 2015, pp. 256, Hardback £75.00, ISBN: 9781781381595

Recent years have seen a growing body of literature dedicated to memories of slavery in the Anglophone world, yet little has been done to approach this subject from Francophone perspectives. This collection responds to the urgent need to contribute to current research on slavery and memory studies by focusing specifically on the Francophone world. Featuring the scholarship of leading academics in France, Britain, the United States and Canada, the collection reflects upon contemporary commemorative practices that relate to the history of slavery and the slave trade, and questions how they function in relationship to other, less memorialized histories of exploitation, such as indentured and forced labour. The volume is set against the context of France’s growing body of memory legislation, as well as its close cultural and political connections to its former empire, all of which make it an influential player in how slavery continues to be memorialized and conceptualized in the public sphere. Contributors retrace and redraw the narrative map of slavery and its legacies in the Francophone world through a comparative understanding of how these different, but interconnected forms of labour exploitation have been remembered and/or forgotten from European, West African, Indian Ocean and Caribbean perspectives.

2.2 La guerre d’Algérie. Ethnologues de l’ombre et de la lumière

Eds. Michel Cornaton, Nelly Forget, François Marquis L’Harmattan, ISBN : 978-2-343-06420-8 • 15 mai 2015 • 126 pages

Ce livre a pour origine une conférence de Nelly Forget consacrée à la création, par Germaine Tillion, du Service des centres sociaux en Algérie, pendant la guerre d’indépendance. Michel Cornaton a proposé d’inscrire le sujet dans le contexte plus large de l’engagement des autres ethnologues français confrontés à la guerre d’Algérie (Lacoste-Dujardin, Servier, Bourdieu, Berque, Favret-Saada). Enfin, la décapitation d’Hervé Gourdel en septembre 2014 a conduit François Marquis à faire le rapprochement avec une tuerie commise en 1956 par l’armée française dans la région de Collo.

2.3 Langue, espace et (re)composition identitaire dans les œuvres de Mehdi Charef, Tony Gatlif et Farid. Boudjellal

Ramona Mielusel, L’Harmattan, ISBN : 978-2-343-05413-1 • 1 mai 2015 • 244 pages

L’auteure s’intéresse à la problématique de la (re)construction identitaire à travers une analyse critique de l’évolution des oeuvres littéraires et cinématographiques beures de trois artistes d’origine franco-maghrébine. Elle montre l’impact que ces artistes ont eu sur les productions culturelles canoniques françaises et francophones à travers les années, mettant en évidence l’idée que l’identité française telle qu’on l’a connue au long des siècles a subi des transformations radicales.

2.4 Le Rouge aux joues. Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb

Isabelle Charpentier. Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. « Littératures postcoloniales – Long-courriers », 2013. EAN 9782862726303. 336 p. Prix 25EUR

Depuis une vingtaine d’années, nombreuses sont les écrivaines (franco-)algériennes et (franco-)marocaines – parfois encore peu (re)connues en France – à briser le silence sur le tabou rémanent pesant sur la virginité des filles dans leurs sociétés patriarcales respectives. Á l’heure où les demandes de certificats de virginité et de réfection d’hymen en prévision d’un prochain mariage semblent se multiplier en Algérie et au Maroc, et en l’absence d’études sociologiques systématiques menées dans les deux pays sur les pratiques sexuelles concrètes, les écrivaines contribuent ainsi dans leurs textes littéraires – introuvables en France pour certains – à mettre en lumière les formes souvent violentes, matérielles ou symboliques, de la socialisation et des dominations qui ont contraint ou contraignent encore la sexualité des femmes dans des sociétés androcentrées. Évoquant frontalement cet interdit – et ses frontières mouvantes –, les représentations stéréotypées du féminin et du masculin qui l’entourent, les enjeux et implications qui le sous-tendent, dans des récits souvent autofictionnels, les auteures reconnaissant l’existence d’une sexualité des filles hors mariage et la « visibilisent » littérairement. Dans deux pays où l’islam est religion d’État, les auteures participent plus largement à déconstruire et à remettre en question les rapports sociaux de pouvoir au fondement des relations de genre, projetant ainsi le débat au cœur des espaces publics algérien et marocain contemporains, par ailleurs secoués par des mouvements de contestation sociale et politique divers, dans la lignée de ce qu’on a appelé « les printemps arabes ». S’appuyant sur les œuvres et les témoignages inédits de quelques-unes de ces auteures (franco-)maghrébines, cet ouvrage, fondé sur une démarche transdisciplinaire, cherche à éclairer sociologiquement les stratégies de prise de parole, de résistance et de transgression que les écrivaines – et leurs personnages – mettent en œuvre (parfois dans l’ambivalence) en prenant la parole sur cette violence « ordinaire » faite aux femmes. Susceptible d’intéresser sociologues et littéraires, spécialistes des cultures et des littératures maghrébines francophones, il s’adresse aussi, et plus largement, à tous ceux qui s’interrogent sur les questions de genre dans les cultures maghrébines.

2.5 Afrique en présences. Du monde atlantique à la globalisation néolibérale

Jean-Pierre Dozon, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, juin 2015, 200p.

Constamment revient le stéréotype d’une Afrique dépourvue d’histoire, d’écriture, de capacité de développement, absente des grands mouvements économiques et technologiques de la globalisation en cours.

À rebours d’une telle image négative, ce livre s’emploie à mettre en avant les multiples présences de l’Afrique, à commencer par celle qui en a fait, en de nombreux domaines, une composante de premier plan de la fabrication de la modernité occidentale.

Revisitant ainsi un demi-millénaire d’histoire tourmentée avec l’Europe, en particulier les entreprises coloniales de la fin du XIXe siècle, il montre en quoi cette modernité fut largement interculturelle et comment l’Afrique, par le fait de ne pas avoir subi passivement la domination européenne, a inventé très vite la sienne et participé à de grands courants d’idées internationaux tels que le tiers-mondisme et le panafricanisme.

Revenant également sur la période récente, faite à la fois de crises et de violences en tout genre, des intérêts que lui manifestent désormais d’autres puissances que celles qui l’ont colonisée et de dynamismes économiques, démographiques, religieux et artistiques, ce livre fait découvrir une Afrique singulièrement baroque, bien plus en phase que l’on ne croit avec son époque et les turbulences du monde.

2.6 L’errance dans les romans de Tahar Ben Jelloun

Marie Andela et Faustin Mvogo. L’Harmattan, ISBN : 978-2-343-06376-8 • 1 juin 2015 • 204 pages

Cet ouvrage analyse les questions qui émanent du phénomène de l’errance dans les romans de Tahar Ben Jelloun. Il part de l’hypothèse selon laquelle l’errance est vécue par les personnages comme un exutoire à leurs frustrations. S’appuyant sur la sociocritique comme outil d’analyse, il démontre que l’errance est non seulement symptomatique du mal-être, mais également un processus de reconstruction identitaire, au terme duquel le personnage vivrait cette expérience comme l’expression de la liberté.

2.7 Essais et documentaires des Africaines francophones  

Irène Assiba d’Almeida et Sonia Lee.  L’Harmattan, ISBN : 978-2-343-05967-9 • 1 juin 2015 • 202 pages

Il y a presque un demi-siècle, les Africaines entraient dans la littérature afin de prendre publiquement la parole. Aujourd’hui, membres de l’intelligentsia et citoyennes à part entière de leur continent, elles se sont approprié l’essai et le film documentaire. Dans cet ouvrage novateur, les auteures nous font découvrir le dynamisme de la pensée des essayistes et l’acuité du regard des documentaristes africaines qui se portent, par la parole et l’image, en témoins éclairés de l’Afrique des Indépendances.

2.8 Tropics of Haiti Race and the Literary History of the Haitian Revolution in the Atlantic World, 1789-1865

Marlene L. Daut. Liverpool University Press, 2015. pp. 848, Hardback £90.00 ISBN: 9781781381847, Paperback £25.00 ISBN: 9781781381854

The Haitian Revolution (1791–1804) was an event of monumental world-historical significance, and here, in the first systematic literary history of those events, Haiti’s war of independence is examined through the eyes of its actual and imagined participants, observers, survivors, and cultural descendants. The ‘transatlantic print culture’ under discussion in this literary history reveals that enlightenment racial ‘science’ was the primary vehicle through which the Haitian Revolution was interpreted by nineteenth-century Haitians, Europeans, and U.S. Americans alike. Through its author’s contention that the Haitian revolutionary wars were incessantly racialized by four constantly recurring tropes—the ‘monstrous hybrid’, the ‘tropical temptress’, the ‘tragic mulatto/a’, and the ‘colored historian’—Tropics of Haiti shows the ways in which the nineteenth-century tendency to understand Haiti’s revolution in primarily racial terms has affected present day demonizations of Haiti and Haitians. In the end, this new archive of Haitian revolutionary writing, much of which has until now remained unknown to the contemporary reading public, invites us to examine how nineteenth-century attempts to paint Haitian independence as the result of a racial revolution coincide with present-day desires to render insignificant and ‘unthinkable’ the second independent republic of the New World.

2.9 The African Photographic Archive: Research and Curatorial Strategies

Eds. Christopher Morton, Darren Newbury. Bloomsbury, 2015. pp. 264. ISBN 9781472591241, £65

African photography has emerged as a significant focus of research and scholarship over the last twenty years, the result of a growing interest in postcolonial societies and cultures and a turn towards visual evidence across the humanities and social sciences. At the same time, many rich and fascinating photographic collections have come to light.

This volume explores the complex theoretical and practical issues involved in the study of African photographic archives, based on case studies drawn from across the continent dating from the 19th century to the present day. Chapters consider what constitutes an archive, from the familiar mission and state archives to more local, vernacular and personal accumulations of photographs; the importance of a critical and reflexive engagement with photographic collections; and the question of where and what is ‘Africa’, as constructed in the photographic archive.

Essential reading for all researchers working with photographic archives, this book consolidates current thinking on the topic and sets the agenda for future research in this field.

2.10 L’Afrique et ses fantômes

Seloua Luste Boulbina. Présence africaine, 2015.ISBN: 9782708708761. Prix: 17 €

« Me demandant comment introduire au mieux une réflexion sur le devenir décolonial, il m’a semblé qu’un témoignage était sans doute la meilleure entrée en matière. Ce que vivent les gens, ce qu’ils portent en eux mais aussi entre eux, quoique souvent imperceptible, n’est pas toutefois inaccessible. Les troubles coloniaux, les issues postcoloniales, les devenirs décoloniaux ne sont pas seulement des événements historiques, des phénomènes politiques. Ils sont, également, des perturbations ou des améliorations de la communication, en soi et entre soi. »

Seloua Luste Boulbina introduit ainsi son texte qu’Achille Mbembe commente de la façon suivante dans la préface qu’il en donne : « L’histoire, la langue et la colonie sont, dans ce texte sobre et incisif, mis en relation avec l’architecture (intérieure), la politique (interne), l’espace sexué et le genre dévoilé. Seloua Luste Boulbina se démarque de toute une tradition de la critique aussi bien anglo-saxonne que francophone (…)

Elle inscrit son effort théorique et méthodologique dans la logique de la vieille injonction de se connaître soi-même, qui implique la reconnaissance de l’émergence du sujet comme expérience d’émergence à la parole et au langage, et par ricochet à la voix. (…) Plus qu’une doctrine, c’est donc une démarche qui est proposée. Cette démarche fait une large place à l’indétermination, à l’instabilité, à l’hésitation et au mouvement. Mais elle postule également que la postcolonie est, avant tout, un “entre mondes”, une relation non seulement externe et objective, mais aussi interne et subjective. »

ANNOUNCEMENTS

3.1 Postdoctorat à l’Université d’Angers : projet « EcoLitt »

L’université d’Angers recrute un.e postdoctorant.e pour travailler dans le cadre du projet régional EcoLitt (Ecologie et Littérature ; ecolitt.univ-angers.fr) piloté par Anne-Rachel Hermetet, professeur de littérature comparée.

Profil du/de la postdoctorant.e :

Durant les neuf mois de sa mission, le/la postdoctorant.e devra accompagner le travail de recherches du groupe « EcoLitt » et participer activement à toutes les manifestations scientifiques prévues dans le projet. Il/elle aura plus particulièrement pour mission :

  • de participer à l’élaboration de fiches de lecture et de vocabulaire, en vue de la constitution d’une base de données et, en particulier, d’établir une bibliographie de textes littéraires antérieurs à 1970 abordant de façon substantielle la question de l’environnement ;
  • de collaborer à l’édition de la journée d’études « Imaginaires de l’environnement dans la littérature et le cinéma asiatiques » tenue à Nantes le 10 avril 2015 ;
  • de participer à l’organisation d’un colloque international (juin 2016) ;
  • de présenter l’action « EcoLitt » lors de séminaires en France et à l’étranger ;
  • de prendre une part active dans les actions concernant la valorisation non académique du projet.

Une thèse de littérature comparée sera particulièrement valorisée par les membres du comité de recrutement, mais le candidat pourra également être titulaire d’un doctorat de littérature française, germanique, hispanique ou de toute autre langue (corpus non anglophone à valoriser) qui entre dans le projet. Idéalement, le candidat aura déjà travaillé sur un ou des grands thèmes qui touchent à la question de la représentation de la nature ou de l’environnement dans la littérature, sur la question de l’espace, sur les éléments naturels et/ou pourra attester une connaissance du champ de l’écocritique. La thèse ne devra donc pas nécessairement porter sur les questions environnementales, mais le candidat devra souligner de quelle manière ses travaux pourront s’articuler avec le projet « EcoLitt ».

Parce que le projet « EcoLitt » cherche à identifier de nouveaux corpus (français et étrangers) dans le champ des relations entre écologie et littérature, il sera particulièrement apprécié que le/la candidat.e maîtrise une ou plusieurs langues étrangères, ce dont il/elle fera mention dans son CV.

Le poste :

Le /la postdoctorant.e sera recruté.e pour une durée de 9 mois, à plein temps, à partir du 1er octobre 2015, à l’Université d’Angers (employeur) et jusqu’à la fin du mois de juin 2016.

Les candidat.e.s devront avoir soutenu leur thèse.

La rémunération mensuelle sera de 2694,83 euros (salaire brut).

Dossier de candidature :

Le dossier de candidature comprendra :

  • une lettre de motivation dans laquelle le/la candidat.e présentera la façon dont il/elle pourra s’insérer dans le projet « EcoLitt » à travers un argumentaire précis montrant l’adéquation entre ses travaux et/ou son profil et le contrat postdoctoral décrit, et la manière dont il/elle pourra mettre en œuvre les tâches référencées ;
  • un CV détaillé ;
  • le rapport de thèse.

Les dossiers complets sont à soumettre par voie électronique à anne-rachel.hermetet@univ-angers.fr, isabelle.trivisani@univ-angers.fr,nathalie.prince@univ-lemans.fr  et blandine.charrier@univ-angers.fr pour le 20 juin au plus tard.

Un exemplaire sur papier du dossier sera envoyé à l’adresse suivante :

Blandine Charrier – Projet EcoLitt

Maison des sciences humaines de l’Université d’Angers

5bis Boulevard Lavoisier

49045 Angers cedex 01

Contact :

Vous voudrez bien vous mettre en relation avec Anne-Rachel Hermetet (anne-rachel.hermetet@univ-angers.fr) pour tout renseignement supplémentaire sur le profil du poste.

Les candidat.e.s pourront être appelé.e.s à être auditionné.e.s début juillet 2015, à la MSH de l’Université d’Angers.

3.2 Colonial archives of Brazzaville – website and online inventories
We would like to announce the creation of a website dedicated to the colonial archives of French Equatorial Africa housed at the National Archives of Congo in Brazzaville. This site gives details on access conditions for potential researchers and retraces the history of the colonial archives kept in Brazzaville. More importantly, we have digitised a few sample documents and the inventories of the Gouvernement Général and the Inspection Générale de l’Enseignement.

Website: https://archivescolonialesbrazzaville.wordpress.com

3.3 Every Cook Can Govern: Documenting the life, impact & works of CLR James

These files are from the first release of Security Service records since the full implementation of the Freedom of Information Act in January 2005. Covering 1932-1941, file KV 2/1824 consists mainly of material copied to the Security Service by Special Branch and references to James in intercepted correspondence and phone calls of other targets. These show the British and American states’ fear of the impact of C.L.R. James’ revolutionary writings and anti-colonial activities. They were very concerned to keep tabs on this associate of ‘communist negro leaders’ as they put it.

The project has purchased permission to show this file for education and research purposes from The National Archives UK.

Website: http://www.clrjames.uk/